Chat with us, powered by LiveChat

En réponse à la législation antitrust de la Commission européenne — et à l’amende record de 2,7 milliards de dollars — à l’encontre de Google pour favoriser son propre contenu, le géant des moteurs de recherche effectue des changements concernant sa manière de gérer les résultats de Google Shopping au sein de l’UE.

À partir d’aujourd’hui, les moteurs/services comparateurs de prix tels que Kelkoo, Shopzilla et Twenga vont pouvoir gérer des listes de publicités de produits dans les résultats de Google Shopping comme le font actuellement les détaillants.

Selon sa décision, la Commission européenne a demandé à Google de proposer une solution pour traiter les comparateurs de prix « sur un pied d’égalité » dans les 90 jours, sans quoi celle-ci encourra d’autres pénalités. La date butoir est à présent atteinte. La Commission européenne n’a pas de processus spécifique d’approbation mais Google pense que les changements qu’elle opère la mette en conformité avec ce qui a été demandé.

De quelle façon l’enchère change-t-elle ?
Le plus grand changement ne réside pas dans la façon dont les résultats sont affichés mais de qui est en concurrence au niveau de l’enchère.

Les comparateurs de prix seront en concurrence entre eux, et vis à vis de Google Shopping.

Comme il a été noté précédemment, Google Shopping va agir en tant qu’unité commerciale indépendante avec une équipe séparée au sein de l’UE qui sera en charge de son propre budget d’exploitation. En plus d’obtenir une certaine rentabilité, l’unité devra être contrôlée régulièrement par la Commission pour s’assurer de l’équité de la concurrence.

Tous les emplacements publicitaires devront être disponibles pour tous les enchérisseurs ; aucun emplacement publicitaire ne sera réservé à Google Shopping ou aux comparateurs de prix.

Cela soulève de nombreuses questions sur la façon de mettre en œuvre cette mesure pour les détaillants, étant donné que Google Shopping et les comparateurs de prix font les enchères pour leur compte.

Il est probable qu’un bon pourcentage de détaillants participent au programme Google Shopping et au moins un ou plusieurs comparateurs de prix. À présent, la visibilité chez Google Shopping ne va pas seulement dépendre de la propre enchère et des mesures de qualité du détaillant, mais de sa performance pour Google Shopping et les comparateurs de prix pour une demande donnée. Les enchères de Google devront avoir du sens en tant que vendeur, de la même façon que les comparateurs de prix.

Il sera intéressant d’observer comment cette nouvelle dynamique d’enchères affectera les propres stratégies d’enchères des détaillants.

Nous avons appris qu’il existe des contrôles en place pour repérer les détaillants qui font paraître des annonces par le biais de Google Shopping et en participant à des comparateurs de prix et de les empêcher de faire des enchères contre elles-mêmes pour une demande donnée.

Dans quelle mesure les résultats des publicités changent ?
Comme le montre l’exemple ci-dessous, la publicité va apparaître avec le nom du service qui sert la publicité, à savoir Google ou un comparateur de prix.

Chacune des publicités elle-même est un lien vers la page produit du site du détaillant, comme c’est le cas actuellement.

Cliquer par exemple sur « By Kelkoo » ou « By Google » dirige l’utilisateur vers les résultats produits du moteur donné. Il n’existe plus de lien « Acheter un/une… sur Google » en haut des résultats de la recherche.

Qu’avez-vous besoin de savoir de plus à propos de cette mise à jour ?
Ceci affecte seulement les résultats des pays européens où Google Shopping est présent, à savoir l’Autriche, la Belgique, la République Tchèque, le Danemark, l’Allemagne, la France, l’Italie, l’Irlande, les Pays-Bas, la Norvège, la Pologne, le Portugal, l’Espagne, la Suède, la Suisse et le Royaume-Uni.
Quelques comparateurs de prix ont testé la nouvelle offre et sont en file d’attente pour afficher à présent leur publicité. D’autres comparateurs de prix peuvent démarrer aujourd’hui.
Les comparateurs de prix chargent leurs flux de produits sur le centre de Google Merchant comme le font aujourd’hui les détaillants.

Les flux des comparateurs de prix sont tenus aux mêmes exigences de données que les flux des détaillants.
Google maintient son appel de la décision de la Commission européenne. Ce processus d’appel pourrait prendre des années.
Cet article a gracieusement été reproduit par Search Engine Land